Saucisse végétarienne et choucroute : test

Publié par Cathy Bernot le

Un petit article pour vous raconter ma première (et dernière?) confrontation avec la charcuterie végétale.

Simili-viande : test pas très réussi…

     – Charcuterie véggie? Oui, vous savez bien, toutes ces saucisses et tranches de salami à base de végétaux, généralement du soja, auxquels on ajoute des arômes et autres poudres de perlimpinpin pour les transformer en viandes végétales, et qui envahissent actuellement les rayons bios.

Recette de choucroute crue saucisses véganes

Recette de choucroute crue cuisinée avec saucisses véganes

Pas envie de viande végétale… 

En fait, toutes ces viandes végétales ne m’ont jamais fait saliver. Lorsque je suis devenue végétarienne, j’ai été au fond de moi soulagée de ne plus consommer de chair animale, et je n’avais aucune envie de commémorer mon ancienne alimentation carnivore en mangeant régulièrement ces simili-viandes. Je me suis au contraire libérée de cette idée d’une association obligatoire viande/légumes pour aller piocher avec gourmandise des recettes délicieuses issues de pays qui ont une culture végétarienne depuis longtemps et pas de carences pour autant. Et vive la cuisine indienne, asiatique, mais aussi ces plats de tous les jours complets même sans viande, comme le chili ou le couscous.

Mais comme mes papilles souffrent d’une insatiable curiosité, j’ai fini par faire une concession: ok, je vais les goûter, ces saucisses veggies dont on nous fait si grand cas, même dans les médias! L’occasion s’est présentée il y a quelques semaines, lorsque j’ai trouvé dans l’étal bio de ma maraîchère préférée un pot de choucroute crue. Miam!

J’ai donc cuisiné cette choucroute dans l’idée de réaliser une choucroute tradition revisitée végétalienne : on cuit longuement la choucroute crue dans le liquide de son choix. On ajoute des pommes de terre et on poursuit la cuisson à feu doux. Au bout d’une heure, lorsque les pommes de terre sont pratiquement cuites, on ajoute ces fameuses saucisses véggies. On remet à feu doux le temps d’ouvrir une bouteille de bière artisanale ou un petit vin blanc sec bio (alsacien, bien sûr!), de sortir de la jolie vaisselle en grès et hop! A table!!!

Le goût de la charcuterie veggie (végane) :

Alors, c’était bon, les saucisses veggies?

D’apparence et de parfum, rien à dire! On aurait vraiment cru de la vraie charcuterie. C’est au goût que ça se gâte… Personnellement, j’ai surtout senti un tas d’arômes fumés, salés… qui se mélangeaient. Pas vraiment désagréables, mais aucun intérêt. Mon chéri, il y a deux ans encore grand amateur de charcuterie et aujourd’hui 100% végétarien espérait vraiment retrouver un peu de ses souvenirs gustatifs. Et bien même lui a convenu que cela aurait été meilleur avec un tofu bien mariné.

Saucisses de soja : bof… 

Conclusion : on a goûté, heureux de l’avoir fait, mais on n’y retournera pas. Trop de goûts artificiels, même en bio (d’ailleurs, bio n’est pas synonyme de bon. Il y a du bio industriel aussi mauvais que du non-bio). Comme on ne fait pas les choses à moitié, nous avons goûté plusieurs marques de charcuteries veggies bio. Certaines un peu meilleures, en particulier au niveau de la texture, que d’autres. Mais plutôt bof! que bon… Cela n’était pas immangeable, il ne faut pas exagérer! Sans doute le fait que nous nous soyons sevrés de toutes ces saveurs industrielles (nous consommons surtout des produits bruts que nous préparons nous- mêmes) ne nous a pas aidé à apprécier à leur juste valeur ces saucisses veggies. Le produit peut être intéressant lorsque l’on cuisine pour des amis omnivores. Mais pourquoi pas au contraire en profiter pour leur faire découvrir autre chose? Un curry végétarien, par exemple. Ou encore une choucroute, avec du tofu mariné grillé, sans dire qu’il s’agit de soja?

Voilà pour un bref retour d’expérience relatif à ces viandes végétales dont on parle par ailleurs de plus en plus. J’aimerai trouver le temps de rédiger un plus long article sur le sujet, non plus pour en faire une critique gastronomique, mais un article de fond sur l’industrialisation du végétarisme (entre autre), un sujet bien plus complexe que «j’aime/j’aime pas le chapelet de saucisses soja». A suivre dès que je peux!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *