Chili végétarien | Chili sin carne

Publié par Cathy Bernot le

Chili sin carne aux légumes d’hiver  : chou rave et topinambour

Le chili est un plat complet, surtout si l’on associe aux légumineuses une céréale en accompagnement. C’est aussi un excellent moyen de cuisiner les légumes d’hiver, en particulier deux légumes un peu oubliés que j’aime beaucoup : le chou rave et les topinambours.

Je vous livre ci-dessous la recette de mon chili d’hiver. Comme souvent, j’ai improvisé et je n’ai pas eu le temps de noter, peser, chronométrer, alors, cela sera de mémoire et à la louche. Pas trop grave, car dans le chili, on peut mettre un peu ce que l’on veut, faire un chili riche en légumes ou pas. Du coup, je partage ma recette, et je vous laisse le soin de l’adapter au contenu de votre frigo. Quant au temps de cuisson, j’ai cuisiné mon chili dans une grosse cocotte en fonte, à l’étouffée en cuisson douce. Cela a donc pris du temps (plus d’une heure). De toutes façons, il ne faut pas hésiter à préparer le chili à l’avance, c’est encore meilleur réchauffé.

Chili sin carne

Chili sin carne

Chili végane : la recette

Ingrédients:

  • Haricots rouges
  • 2 oignons
  • 1 tronçon de gingembre
  • 2 gousses d’ail
  • 2 choux raves pas trop gros
  • 2 carottes
  • quelques topinambours
  • Épices à chili ou épices de votre choix (j’ai utilisé des épices à tandoori, du curcuma, du cumin, de la muscade, de la coriandre en grains… et j’en oublie sans doute!) Laurier et herbes de Provence
  • 1 grosse boite de tomates ou équivalent en tomates fraîches
  • Sirop d’agave
  • Sauce soja

Préparation:

Les haricots rouges

Pensez à les mettre à tremper la veille. Les cuire dans une grande quantité d’eau non salée avec un morceau d’algue kombu rincée pour accélérer la cuisson (une heure environ). Les réserver.

… vous pouvez aussi utiliser des haricots en boîte. Perso, je ne consomme pas de conserves de légumineuses. Je les achète en vrac en magasin bio. J’en prépare une grande quantité à l’avance, dont je me sers en plat principal, en terrine, parfois en croquettes type falafel… et si j’en ai vraiment trop, je les mets congeler en petites portions pour apporter un peu de protéines à un plat plus tard. Lorsque l’on ne mange pas de viande, la consommation de légumineuses au quotidien devient un réflexe. 

Les légumes 

  • Éplucher et laver les légumes.
  • Émincer les oignons en rondelles, râper l’ail et le gingembre, couper en cubes les carottes, choux et topinambours.
  • Écraser au pilon les épices en grains pour les réduire en poudre.
  • Ajouter un peu d’huile d’olive ou de coco dans une cocotte en fonte. Y verser 1 bonne cuillère à café de graines de cumin et une feuille de laurier. Lorsque les graines crépitent, ajouter l’oignon.
  • Faire revenir l’oignon en remuant. Lorsqu’il devient translucide, ajouter 1 cuillère à soupe de sirop d’agave ou de mélasse (ou à défaut, un peu de sucre), remuer pour caraméliser rapidement, déglacer avec une CS de sauce soja ou un peu d’eau.
  • Ajouter le reste des épices, l’ail et le gingembre, les tomates, remuer et laisser cuire à feu moyen quelques minutes. Ajouter ensuite le reste des légumes et des herbes de Provence, remuer et laisser mijoter à feu doux à couvert. Lorsque c’est presque cuit (au bout de 3/4 heures, +ou- selon la quantité et le type de cuisson : on teste les légumes à la pointe du couteau), ajouter les haricots rouges, remuer délicatement et rectifier l’assaisonnement : sel (sauce soja), poivre, peut-être un peu de sirop d’agave si les tomates en boîte ont donné trop d’acidité, un peu de piment… Laisser cuire à feu doux à couvert encore un peu.

On peut bien sûr modifier les légumes de cette recette : ajouter par exemple du maïs, des courgettes, ou pourquoi pas, de la courge? Le chou rave, comme la carotte, présentent l’avantage de pouvoir se consommer à tous les degrés de cuisson : encore un peu croquants ou bien confits, selon vos goûts. Le topinambour, en revanche, demande à être bien cuit, mais il cuit relativement vite. 

En laissant ce plat mijoter longtemps à feu doux et à couvert, on préserve mieux le goût des aliments. Peut se préparer la veille : il n’en sera que meilleur réchauffé! 

Accompagnement : 

Pour un repas végétarien complet, on sert généralement le chili accompagné d’un peu de riz (semi-complet bio, c’est encore mieux). Personnellement, je préfère le manger avec quelque chose qui croustille : des tranches de pain au maïs maison grillées, par exemple.

Chili végétarien (végane)

Chili végétarien (végane)


2 commentaires

Alex · 06/03/2018 à 9:50

j’ai un peu de mal à estimer la quantité de haricots rouges (secs) à prévoir :/ help? 🙂 ça sera alors mon prochain essai culinaire. Jamais je n’aurais pensé à dériver le chili végé sur des chou-raves et des topinambours !! Hâte de m’y mettre. Merci pour le partage 🙂

    Cathy Bernot · 07/03/2018 à 6:11

    Bonjour Alex,
    Pour les haricots, il faut au moins l’équivalent d’une petite boite de 400 gr (250 gr de haricots cuits égouttés), ce qui donnera une version avec beaucoup de légumes.
    Si on prend des légumes secs, je dirais 100 gr pour les légumes de la recette.
    En fait, je ne pèse jamais : j’y vais beaucoup à l’instinct, je fais cuire mes haricots moi-même et je prépare toujours + de légumineuses que nécessaire. J’utilise le reste pour faire une terrine, des boulettes…
    Belle journée ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *