Soupe verte aux fanes de radis

Publié par Cathy Bernot le

Fanes de radis ou herbes sauvages : Soupe verte à la patate douce et aux épices

Voilà un moment que je n’ai pas publié de recettes ! Pourtant, la cuisine bio et végétale bourdonne de parfums et de saveurs toutes fraîches, en ce moment! Je vous propose aujourd’hui une recette de soupe verte, à réaliser avec les fanes d’une botte de radis (économique!), ou encore une poignée d’herbes sauvages comme l’égopode, l’ortie, le persil, l’oseille (en mélange)… Bref, une fois encore, ma recette est la base d’une soupe à décliner à toutes les herbes!

! Les feuilles vertes en question sont bourrées de vitamines et autres nutriments excellents pour la santé. Pour ne pas les dégrader à la cuisson, attention à ne pas les cuire trop longtemps (détails plus bas). 

Le gingembre, les épices et le lait végétal en font une soupe légère et parfumée, parfaite pour des jours à demi ensoleillés. Elle peut se déguster chaude, tiède, ou même froide, avec des fruits ou des légumes craquants.

J’ai utilisé la patate douce plutôt que la pomme de terre, car elle a un index glycémique inférieur, et parce que la douceur de la patate douce s’accorde bien avec le goût exotique des épices. Mais elle fonctionne tout aussi bien avec des pommes de terre. Pour une version allégée, on peut remplacer la patate douce par des courgettes.

soupe aux fanes de radis

Soupe verte, fleurs de ciboulette et granola salé

J’avoue, ma soupe verte n’est pas toujours très verte… Avec les épices, et en particulier le curcuma, elle prend souvent une teinte safran 😉

Les ingrédients

recette-soupe-fanes-radis

Quelques feuilles d’oseille vont relever le goût d’une poignée de fanes de radis ou d’égopode. Si vous n’avez pas d’oseille, vous pouvez ajouter une ou deux cuillères à soupe de jus de citron en cours de cuisson.

La réalisation

  • Émincer grossièrement les oignons (je préfère les rouges aux jaunes, pour leur goût plus doux et sucré).
  • Concasser les épices en grains au mortier (coriandre, moutarde, baie rose).
  • Râper le gingembre.
  • Éplucher la patate douce. la débiter en cubes.
  • Laver soigneusement les feuilles vertes, retirer les parties abîmées ou trop dures (tiges des feuilles d’oseille…). Les déposer sur un torchon propre pour les faire sécher.
  • Faire chauffer de l’huile d’olive dans une casserole à fond épais (pour une cuisson plus douce). Dès qu’elle est chaude, y verser la cuillère à café de cumin (ça doit crépiter un peu), les autres épices en grain concassés (coriandre, moutarde, baie rose) et la feuille de laurier.
  • Après une brève torréfaction des épices, verser dessus les oignons et mélanger.
  • Lorsque les oignons sont transparents, verser dessus le gingembre, le reste des épices en poudre (curcuma, cannelle, paprika, herbes de Provence), quelques tours de moulin à poivre, la cuillère à soupe de sirop d’érable et la sauce soja. Remuer pour faire légèrement caraméliser les oignons.
  • Verser le concentré de tomate et un peu d’eau pour le délayer dans le fond de la casserole.
  • Si vous n’utilisez pas d’oseille plus tard, ajoutez une ou 2 cuillères à soupe de jus de citron.
  • Verser les cubes de patate douce. Couvrir d’un mélange moitié eau/moitié lait végétal : la patate douce doit à peine effleurer le niveau de liquide.

Personnellement, j’aime bien utiliser le lait d’avoine. Il contient du gluten, mais c’est un gluten plus assimilable que le gluten de blé. On peut utiliser un autre lait végétal (riz, soja…) ou encore un lait de coco. 

  • Laisser cuire doucement (environs 20 minutes) jusqu’à ce que les patates douces soient tendre (enfoncer la pointe d’un couteau pour vérifier).
  • Lorsque les patates douces sont cuites, couper le feu, déposer au dessus les feuilles vertes (les tordre dans ses mains pour les déchirer grossièrement), puis remuer. Laisser les feuilles fondre à couvert avec la chaleur accumulée dans la casserole, afin de préserver au mieux leurs vertus : inutile de rallumer le feu.
  • Lorsque la soupe a tiédi, la mixer au blender ou au mixer pour obtenir un velouté.

! Penser à retirer la feuille de laurier avant de passer la soupe au blender ! 

  • Goûter et ajuster l’assaisonnement : ajouter sauce soja ou tamari pour saler, 1 cs de sirop d’érable si le goût de l’oseille est un peu trop présent, un filet de citron pour l’aigre doux.
  • Pour une version plus épicée, ajouter en début de cuisson de la pâte de curry ou en fin de cuisson du piment d’Espelette.
  • Rajouter un peu de liquide si la soupe vous semble trop épaisse au moment de la réchauffer.
  • A déguster parsemée de fleurs de ciboulette, de persil, accompagnée d’un granola salé à base de graines et de miso dont je vous parlerai bientôt, et d’un filet de lait de coco pour plus de gourmandise 🙂 .

Cette soupe se congèle très bien : j’utilise des plaques de silicone pour petits gâteaux individuels genre cannelé, plus pratique que des bacs à glaçon pour démouler les doses de soupe. Une fois congelées, je dépose les petites portions de soupe dans un sac congélation. 

soupe-fanes-radis-verte

Les petits plats dans les grands : soupe verte version verrine

  • Présenter cette soupe dans des verrines, sur un lit de concassé de pomme verte : le contraste des petits morceaux de pomme verte craquante et de la soupe épicée fonctionne très bien.
  • Parsemer le dessus (ou les bords si vous présentez dans un verre transparent) avec de fines tranches de radis rose pour le goût, pour le contraste de texture, et pour la couleur.
  • Et toujours quelques fines herbes sur le dessus, et du granola salé, des crackers fait maison (ou pas!) ou des amandes torréfiées concassées en accompagnement pour une touche de craquant.

Bon appétit!


1 commentaire

Philippe Bullot · 02/06/2015 à 7:54

Je vais essayer ta recette avec des courgettes, restons verts ! 😉
Merci Cathy, bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *