Dhal égopode inspiration daal palak végétarien

Publié par Cathy Bernot le

On ne sait plus où donner de la tête en ce moment : les plantes sauvages comestibles poussent partout! Il y a le mouron blanc, l’ail des ours, le pissenlit… et puis, c’est aussi la pleine saison de l’égopode. Cette plante sauvage introduite au jardin comme couvre-sol, qui se révèle envahissante. Mais comme elle fournit à volonté de la verdure dans nos assiettes, on lui pardonne!

Un dhal herbes sauvages, lentilles, pommes de terre inspiré du daal palak aux épinards

Je vous propose aujourd’hui un dhal à l’édopode absolument délicieux (ça n’est pas moi qui l’ai dit!). Ma recette est inspirée du célèbre daal palak, une spécialité indienne aux épinards, que j’adore, mais qui est hélas souvent cuisinée avec des produits laitiers au restaurant. La présence de lentilles corail et de pommes de terre en fait un plat végétarien complet, que l’on peut manger seul, ou accompagné de riz ou de pain indien type nan.

Dhal à l'égopode façon daal palak

Dhal à l’égopode inspiration daal palak

Ingrédients :

* Vous pouvez réaliser votre propre bouillon végétal. On trouve en magasin bio des bouillons végétaux non salés en poudre, certains sont même aromatisés aux épices indiennes : parfait pour cette recette.

* * Dosez les épices à votre goût : j’ai tendance à en mettre beaucoup! Vous pouvez supprimer ou remplacer certaines épices. Les plus importantes sont le curry, la coriandre et le curcuma.

Réalisation du dhal égopode façon daal palak

Préparation des ingrédients : 

  • Rincer les lentilles corail
  • Éplucher les pommes de terre. Les laver. Les couper en petits cubes et les laisser tremper dans l’eau froide.
  • Éplucher et émincer l’oignon.
  • Éplucher et râper l’ail et le gingembre.
  • Ouvrir la graine de cardamome. Prélever les petites graines noires à l’intérieur. Les réduire en poudre ainsi que les graines de coriandre.
  • Laver les feuilles d’égopode. Ôter les tiges trop coriaces. Les hacher grossièrement.
  • Eau ou bouillon : vous aurez besoin de 3 fois la quantité de lentilles.

Cuisson : 

  • Choisir de préférence une cocotte à fond épais (cocotte en fonte) pour avoir une bonne inertie et une cuisson lente.
  • Verser dans la cocotte un peu d’huile. Y mettre la feuille de laurier et les graines de moutarde et de cumin entières pour les faire torréfier. Veiller à ne pas les faire griller!
  • Dès que les graines crépitent ajouter l’oignon. Le faire revenir à feu vif en remuant. Dès qu’il est translucide, ajouter la purée d’ail-gingembre et le reste des épices (curry, asafoetida, curcuma, cardamome, coriandre, un peu de poivre). Ajouter une cuillère à soupe de sauce soja et une cuillère à café de mélasse (délayer au besoin dans un peu d’eau pour éviter que cela n’attache) et prolonger la cuisson quelques instants sans cesser de remuer.
  • Lorsque les oignons sont bien confits, ajouter les dés de pomme de terre. Les faire revenir quelques minutes en remuant. A tout moment, ajouter quelques cuillères à soupe d’eau ou de bouillon si nécessaire.
  • Ajouter ensuite les lentilles corail: les mélanger aux pommes de terres et oignon. Ajouter la sauge, le concentré de tomate, un peu de liquide et remuer.
  • Ajouter le reste du bouillon ou de l’eau sur le tout : les ingrédients doivent affleurer, mais être recouvert par le liquide. Porter à ébullition et laisser cuire à couvert 10 minutes : cela doit frémir doucement.
  • Au bout de 10 minutes, ajouter les tomates et prolonger la cuisson de 10 minutes supplémentaires. Ajouter du liquide si nécessaire.
  • Au bout de ces 10 minutes supplémentaires, les lentilles et les pommes de terre doivent être pratiquement cuites. Ajouter les feuilles d’égopode, le lait de coco et 1 cuillère à soupe de sauce soja. Laisser cuire encore 10 minutes, sans le couvercle si la préparation vous semble trop liquide. Si au contraire vous voulez un dhal liquide, ajouter de l’eau ou du bouillon (la consistance d’un dhal est très variable, et peut aller jusqu’à la soupe).
  • Rectifier l’assaisonnement en sel, poivre, curry.
  • Parsemer de persil ou de coriandre fraîchement haché au moment de servir.
  • Peut se préparer à l’avance : il sera encore meilleur réchauffé.
  • Se conserve un jour ou deux au frigo. Personnellement, je n’aime pas trop le congeler : les pommes de terre ont tendance à fariner à la décongélation. Il existe peut-être des variétés plus adaptées?

A servir tel quel, ou avec un peu de riz ou de sarrasin, ou encore avec du fonio (en savoir + sur les céréales?), avec un nan ou tout simplement une tranche de pain grillé complet. On peut en profiter pour ouvrir un petit pot de chutney aigre-doux fait maison, très bon avec ce genre de plat.

recolte-plantes-sauvages-2

A tester avec d’autres sauvageonnes, comme par exemple le mouron blanc, très abondant en ce moment! J’ai très envie de refaire cette recette avec les orties que je n’ai pas encore arrachées au jardin… A suivre!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *